FANDOM


Fuga e misterio est une courte pièce musicale extraite d’une « tango opérita » intitulée María de Buenos Aires composée en 1968 par Astor Piazzolla (musique) en association avec le poète Horacio Ferrer (pour les paroles)

L’histoire raconte celle d’une jeune prostituée des bas-fonds de Buenos aires qui meurt et ressuscite. Mais l’in peut associer l’image de maria a plusieurs choses : l’histoire du tango, l’histoire du port de Buenos aires, et à un degrés plus profond, l’histoire même du pays tout entier.

Les instruments qui composent cette pièce sont le bandonéon, la flute traversière, la batterie, la guitare électrique, le vibraphone, les petites percussions, un violon et une contrebasse avec un piano.

La structure de l’œuvre Modifier

Un premier thème est présenté avec des entrées fuguées au bandonéon puis repris à la guitare électrique, ensuite par la flute traversière, puis le piano et la contrebasse. Dans la deuxième partie, le thème Best joué en homorythmie, son caractère est plus jazzy et plus rythmé avec des clusters. Puis nous retrouvons le thème A en tutti. Enfin le thème C plus lent, au caractère nostalgique, au violon se présente beaucoup de rubato (liberté dans l’interprétation). Ce thème est repris au bandonéon qui termine la pièce par une « note suspendue » laissant place au mystère et à la méditation (d’où le titre).

En quoi fuga e misterio est une œuvre métissée ? Modifier

On peut constater l’influence du tango (le bandonéon, le rythme enjoué et dansant, les ornements) l’influence savante par l’usage de la forme fuguée, l’influence du jazz par l’instrumentation (batterie, guitare électrique, flute traversière).

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .